Eléments d’analyse d’un aksak

    (boğaz, son seul) Une version du "boğaz d’Akkulak” (cf.vidéo : >) a été isolée ci-dessus. La transcription reproduite est en hauteurs relatives (la norme modale de la région étant basée sur l’échelle de ré). Brailoiu appelait aksak les rythmes “bichrones” combinant des unités valant 2 et des unités valant 3 : c’est ce que Bartok avant lui avait introduit dans la musique occidentale sous le nom de “rythmes bulgares” (“5 temps” = 2+3, “7 temps” = 2+2+3, “8 temps” = 3+3+2, etc.). Nous sommes ici en présence (...)

    En savoir plus »
 

    Aksak (suite) : un “rythme bulgare” à la gaïda

    Petko Stefanov Sedi Danka Sedi Danka Petko Stefanov, (gaida), Atanas Stoianov (tapan), et Ivan Pedrouchov (tambura). Extrait du CD : Petko Stefanov, The Magic of Bulgarian Gaida, 1999, Polysound Inc., Sofia (avec l’autorisation de l’auteur). Que dire des longs cycles comme on en trouve couramment en Bulgarie ou sur les bords de la Mer Noire en Turquie, comme ce Sedi Danka, air de danse de la région chope (non loin de Sofia), joué ci-dessus par Petko Stefanov ? Voilà un bien bel (...)

    En savoir plus »
 

    Mètre et rythme

    QUELQUES OUTILS D’ANALYSE : RYTHME ET METRE, CO-METRICITE ET CONTRAMETRICITE : Il a déjà été suffisamment souligné que la terminologie relative au rythme est très floue, sujette à controverses interminables : un bel exemple de recension des termes se trouve dans la première partie de la thèse de Simha Arom, Polyphonies et polyrythmies instrumentales d’Afrique Centrale, structure et méthodologie, SELAF, Paris, 1985. Constantin Brailoiu nous mettait d’ailleurs en garde, dans son célèbre article sur (...)

    En savoir plus »