Eléments d’analyse d’un aksak


JPEG - 26.6 ko

(boğaz, son seul)

Une version du "boğaz d’Akkulak” (cf.vidéo : >) a été isolée ci-dessus.
La transcription reproduite est en hauteurs relatives (la norme modale de la région étant basée sur l’échelle de ré).
Brailoiu appelait aksak les rythmes “bichrones” combinant des unités valant 2 et des unités valant 3 : c’est ce que Bartok avant lui avait introduit dans la musique occidentale sous le nom de “rythmes bulgares” (“5 temps” = 2+3, “7 temps” = 2+2+3, “8 temps” = 3+3+2, etc.). Nous sommes ici en présence de l’aksak le plus fréquent de cette région, également omniprésent en Turquie, et dans l’est des Balkans, “l’aksak à 9 temps” (pour un exposé de ces pratiques rythmiques, voir le texte 3 de la page “quelques textes”...).
Sur le plan rythmique, cette transcription adopte la convention “bartokienne” de notation (cf. par exemple les 5 dernières pièces de Mikrokosmos).
Mais deux problèmes se posent par rapport à une telle écriture :
1. Comme la forme est cyclique et répétitive, l’effet de “serpent qui se mord la queue” ne nous permet pas toujours de savoir où est le premier temps. Ici, nous avons choisi l’ordre 3.2.2.2 en fonction du jeu des finales dans les deux mesures, qui se répondent dans un balancement entre le do (sous-fondamentale) et le ré (fondamentale, finale).
Mais il faut savoir que la danse se construit toujours sur l’ordre 2.2.2.3 (de sorte que les six doubles-croches qui ouvrent le cycle dans cette transcription sont comprises comme sa conclusion dans l’ordre de la danse) : c’est également la structuration de la mélodie chantée par Hayri.
2. Quand la mélodie est entendue sans le support métrique d’une percussion, ou par un auditeur exogène, comment segmenter les durées entre “groupe de trois” et “groupes de deux” ? En effet, il est possible d’entendre la pièce en “calant” la métrique sous-jacente comme suit :

JPEG - 17.8 ko

Or il est arrivé à plusieurs reprises que Hayri et Akkulak divergent sur la perception de ce morceau précis (c’était, du reste, leur seul désaccord musicologique !) : Akkulak et les habitants de son village ont toujours dansé sur l’ordre métrique de la première transcription (la “vraie”, donc), alors que Hayri avait tendance, presque malgré lui, à prendre l’air selon un autre ordre, celui de la deuxième transcription. Il y aurait ainsi une ambiguïté perceptive propre à cet air d’Akkulak, deux interprétations possibles de la disposition accentuelle.

Voici comment Hayri lui-même présente, instrument en main, les deux interprétations du même air. Pour comprendre, il faut regarder comment il bat le rythme du pied. On constatera que la version en 2+2+2+3 est pour lui plus malaisée...

Par contre, une division métrique en 3.3.3 restera toujours localement inconcevable, exclue du système rythmique “aksak”.
La question se pose donc de l’arbitraire ou de la nécessité du lien entre mélodie et métrique.
Et surtout, cette question analytique nous permet de distinguer clairement entre ce que l’on peut appeler “mètre” au sens d’une période constante, d’une norme toujours implicite, et “rythme” au sens de son actualisation dans l’ordre mélodique (voir la page : Mètre et rythme).
Enfin, il est assez clair par cet exemple que les cadres rigides imposés par la notion de “mesure” et son écriture ne rendent pas compte de la finesse rythmique de cette musique...

Pour continuer avec un rythme “super-compliqué” de Bulgarie, voir : UN RYTHME BULGARE